Posted by: daniellesabai | 18 May 2011

Campagne pour la liberation de Somyot Prueksakasemsuk

Danielle Sabai

Le 30 avril 2011, Somyot Prueksakasemsuk a été arrêté par la police thaïlandaise. Somyot est un défenseur des travailleurs de longue date et un militant pro-démocratie bien connu en Thaïlande. Il est le rédacteur en chef du journal « Pouvoir rouge ». Il encourt une peine de 3 à 15 ans de prison.

Le cas de Somyot n’est malheureusement pas isolé.

Depuis le 7 avril 2010, date de mise en place de l’État d’urgence dans une partie de la Thaïlande, le gouvernement a utilisé les pouvoirs exceptionnels que lui confère le décret d’urgence pour  emprisonner des centaines de suspects sans charges, intimider ses opposants et censurer les médias d’opposition.

Près de 300 personnes seraient poursuivies ou condamnées pour crime de lèse majesté ou crime relatifs à la cybercriminalité. Des radios communautaires, des journaux, des blogs, des sites internet, des conférences et des discours sont censurés. Depuis le 7 avril 2010, pas moins de 425 296 pages internet ont été bloquées. Dans son classement annuel sur la liberté de la presse, l’association Reporter Sans Frontières place désormais la Thaïlande au 153ième rang derrière des pays comme la Russie, la République démocratique du Congo ou le Pakistan.

A l’approche de nouvelles élections, le gouvernement semble vouloir durcir la répression et ainsi museler toute opposition.

Il peut poursuivre sa politique de répression d’autant plus librement que ses constantes violations des droits humains n’ont pas suscité les condamnations internationales à la mesure des événements.

La situation des droits de l’Homme en Thaïlande est extrêmement préoccupante ce qui n’empêche pas la Thaïlande d’occuper la présidence du Conseil des droits de l’Homme des Nations Unies. La commission pour la vérité et la réconciliation mise en place par le gouvernement pour faire la lumière sur la répression qui a conduit à la mort de 91 personnes en avril – mai 2010 n’a pas obtenu les moyens légaux de poursuivre en justice les responsables de la répression.

Si le gouvernement thaïlandais veut vraiment œuvrer à la réconciliation nationale comme il le prétend, il doit mettre en acte ses discours.

  • Somyot doit  être libéré instamment ainsi que tous les prisonniers condamnés pour crime de lèse majesté ou pour « transgression » de la loi sur la cybercriminalité ;
  • La loi sur le crime de lèse majesté doit être abolie ainsi que toutes les lois liberticides
  • Une commission indépendante doit être mise en place pour faire la lumière sur la répression des mois d’avril et mai 2010 et condamner les responsables.

Il est important que la communauté internationale se mobilise contre l’arrestation de Somyot, pour la libération de tous les prisonniers politiques et pour l’abolition du crime de lèse majesté.

Une pétition en ligne peut être signée à l’adresse suivante :

http://www.ipetitions.com/petition/article112may012011statement/

Danielle Sabai


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Categories

%d bloggers like this: